LE CRACK

« J’ai vécu avec un accro au crack pendant presque un an. C’était mon petit ami et je l’aimais de tout mon cœur, mais je n’ai pas pu rester avec lui.

« Mon “ex” n’arrêtait pas de voler et je ne pouvais pas l’empêcher une seconde de fumer sa “pipe”. La vérité, c’est que le crack est la pire drogue qui soit, pire que l’héroïne : une seule prise peut vous transformer en monstre. » Audrey

« J’achetais pour 2000 dollars de crack par semaine et je voulais désespérément me libérer de ces chaînes. » Jennifer

« La seule chose que j’avais en tête, c’était le crack. Si quelqu’un m’en avait proposé, je lui aurais sauté dessus pour en avoir. C’est comme de proposer du pain à un homme qui meurt de faim. Finalement, après avoir fumé du crack pendant deux semaines d’affilée, je me suis dit que ça ne pouvait plus continuer. J’ai décidé que j’en avais assez, que je ne pouvais plus continuer à vivre comme ça et j’ai alors tenté de me suicider. Aujourd’hui, je veux essayer d’arrêter. Je vais devoir me battre. J’espère que mon instinct de survie prendra la relève. » John

« En soixante ans, je n’avais jamais pris de drogues et je ne buvais que lors de rencontres sociales, et jamais à l’excès. J’ai pris une retraite bien méritée après une belle carrière de cadre supérieur dont les deux filles avaient fait des études à l’université. Ma soirée de départ à la retraite a marqué le début de cinq années d’enfer. C’est là qu’on m’a initié au crack pour la première fois. Durant les cinq années qui ont suivi, j’ai perdu ma maison, ma femme, mes économies, ma santé et presque la vie. J’ai même fait deux années de prison. » William

« On m’a fait fumer du crack, et à partir de ce moment-là, tout est allé de travers. J’étais sortie avec des gens que je considérais comme de très bons amis. Tu sais, c’est vrai ce qu’on dit du crack : la première fois tu flippes un max... Ça m’a complètement bousillée. J’étais complètement accro. Le crack a ruiné ma réputation, ma vie et le respect de moi-même. » Diane