BOIRE ET CONDUIRE

Photographies : Bigstockphoto
  • Aux États-Unis, en 2007, le nombre d’accidents mortels impliquant des adolescents conduisant en état d’ébriété était de 1393, soit près de quatre morts par jour.
  • Les accidents de la route sont la principale cause de décès chez les adolescents aux États-Unis et sont la cause de plus d’un décès sur trois. Parmi les jeunes conducteurs tués sur la route en 2006, 31 % avaient consommé de l’alcool, selon la National Highway Traffic Safety Administration.
Un conducteur sous l’influence de l’alcool court au moins 11 fois plus de risques d’être tué qu’un conducteur qui n’a pas bu d’alcool.

Pour beaucoup de gens, ce ne sont peut-être que des statistiques choquantes. En revanche, pour les familles et les amis des victimes de jeunes conduisant en état d’ivresse, chaque chiffre représente une vie perdue.

L’alcool fausse le jugement et les perceptions. Les personnes sous l’influence de l’alcool reconnaissent que leur temps de réaction est plus long que lorsqu’elles n’ont pas bu et qu’elles prennent des risques qu’elles ne prendraient pas dans leur état normal. Trop souvent, ces risques sont fatals.

Comment l’alcool affecte-t-il le corps ?

L’alcool passe dans le sang par l’intermédiaire de petits vaisseaux sanguins, à travers les parois de l’estomac et de l’intestin grêle. Quelques minutes après avoir été bu, l’alcool va de l’estomac au cerveau où il produit rapidement ses effets, ralentissant l’activité des cellules nerveuses.

Environ 20 % de l’alcool est absorbé par l’intermédiaire de l’estomac. Les 80 % restants sont absorbés par l’intermédiaire de l’intestin grêle.

L’alcool est également transporté par la circulation sanguine vers le foie, qui élimine l’alcool du sang par un procédé appelé « métabolisation », où il est converti en substance non toxique. Le foie peut seulement métaboliser une certaine quantité à la fois, laissant le surplus en circulation dans le corps. Ainsi, l’intensité de l’effet sur le corps est directement liée à la quantité consommée.

Quand la quantité d’alcool dans le sang dépasse un certain niveau, le système respiratoire ralentit nettement et peut entraîner un coma ou la mort, car l’oxygène ne parvient plus jusqu’au cerveau.