LES ANTIDÉPRESSEURS

Les antidépresseurs sont une autre catégorie de médicaments sur ordonnance consommés à mauvais escient. Parmi eux on trouve le Prozac, le Paxil, le Celexa, le Zoloft, l’Effexor et le Remeron. Ils se présentent sous forme de capsules et de cachets multicolores.

« J’ai l’impression que mon cerveau crie pour avoir plus de ces cachets, la sensation que j’éprouve sans eux est trop insupportable… Il me faut davantage d’aide pour parvenir à me sevrer de l’Effexor. Je me sens si déprimée que j’ai commencé à me taillader les bras, sans même savoir pourquoi je le fais. En outre j’ai des hallucinations au bout de quelques heures et je vois des choses — rien qu’aujourd’hui j’ai vu du sang couler le long du mur. » Rita
Les études ont montré que les effets de ces drogues peuvent comprendre :

  • Insomnie
  • Irritabilité
  • Énervement et anxiété
  • Pensées et actions violentes
  • Agitation
  • Pensées suicidaires ou suicide
  • Tremblements
  • Hostilité
  • Transpiration
  • Rythme cardiaque irrégulier
  • Agression
  • Comportement criminel
  • Confusion et pensées incohérentes
  • Paranoïa
  • Hallucinations
  • Psychose
  • Akathisie (agitation intérieure douloureuse ; inaptitude à se tenir tranquille)

Une étude a constaté que 14 % des jeunes sous antidépresseur étaient devenus agressifs et même violents. Un garçon de 12 ans a commencé à faire des cauchemars violents dans lesquels il tuait ses camarades de classe, puis il était tué à son tour. Une fois réveillé, son rêve semblait toujours « très réel » et pendant des jours il a fait l’expérience de rêves de tueries qui semblaient de plus en plus réelles. Il est devenu suicidaire jusqu’à ce qu’il arrête de prendre le psychotrope.

Cette étude a mis en évidence plusieurs autres exemples du comportement extrême et irrationnel d’individus prenant ces drogues. Un homme a foncé sur un officier de police avec son véhicule pour se saisir du pistolet de l’officier et se suicider. Un autre s’est noyé avec ses deux jeunes enfants dans une baignoire, et un garçon a matraqué un ami proche sans raison apparente. Aucun n’avait un passé de violence.

Les symptômes de manque des antidépresseurs comprennent des pensées suicidaires, l’agression, l’anxiété, la dépression, les crises de larmes, l’insomnie, les vertiges, les vomissements, les maux de tête, les tremblements et les sensations électriques dans le cerveau.