PSYCHOTROPES SUR ORDONNANCE : CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS

En raison des problèmes potentiels de dépendance et d’usage illégal qu’ils posaient, beaucoup de médicaments psychotropes ont été classés par l’Agence américaine de réglementation des drogues (Drug Enforcement Administration — DEA) dans la même catégorie que l’opium ou la cocaïne. Ceux-ci comprennent la Ritaline et la Dexedrine (stimulants) ainsi que les antidouleurs OxyContin, Demerol et Roxanol.

Beaucoup de drogues illégales de la rue ont autrefois été utilisées ou prescrites par des médecins ou des psychiatres, pour être plus tard interdites quand la preuve de leurs effets néfastes ne pouvait plus être ignorée. L’héroïne, la cocaïne, le LSD, la méthamphétamine et l’ecstasy en sont quelques exemples.

Le mauvais usage des psychotropes peut être encore plus dangereux que celui des drogues fabriquées illégalement. La puissance de certains médicaments synthétiques (fabriqués par l’homme) disponibles sur prescription médicale présente un risque élevé d’overdose. Cela est particulièrement vrai de l’OxyContin et d’antidouleurs similaires, pour lesquels les décès dus à des overdoses ont plus que doublé sur une période de cinq ans.

Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que la distribution ou la vente de psychotropes (à part ceux qui sont prescrits par un médecin) est une forme de trafic de stupéfiants et que c’est aussi illégal que de vendre de l’héroïne ou de la cocaïne et donc puni d’amendes sévères et d’emprisonnement. Lorsque la vente de drogues entraîne la mort ou de sérieuses lésions corporelles, les dealers encourent l’emprisonnement à vie.

Catégories de médicaments psychotropes dont l’usage est détourné

Les médicaments psychotropes qui sont pris à des fins récréatives se répartissent dans les principales catégories suivantes :

1. Les dépresseurs : ces psychotropes, souvent désignés sous le nom de dépresseurs du système nerveux central (cerveau et moelle épinière), ralentissent les fonctions cérébrales. Ils comprennent les sédatifs (utilisés pour rendre une personne calme et somnolente) et les tranquillisants (prévus pour réduire la tension ou l’anxiété).

2. Les opioïdes et les dérivés1 de la morphine : ces drogues, généralement désignées sous le nom d’antidouleurs, comprennent l’opium ou des substances apparentées à l’opium et sont utilisées pour soulager la douleur.

3. Les stimulants : catégorie de drogues destinées à augmenter l’énergie et la vigilance mais qui augmentent également la tension artérielle, le rythme cardiaque et la respiration.

4. Les antidépresseurs : des psychotropes censés traiter la dépression.

  1. 1. dérivé : substance chimique provenant d’une autre substance à la suite de transformations opérées sur cette dernière.