DERRIÈRE L’ÉCRAN DE FUMÉE

La consommation de cannabis n’est pas seulement nuisible pour le fumeur. Elle peut devenir dangereuse pour la société.

Les recherches montrent clairement que le cannabis est susceptible de créer des problèmes au quotidien. Une étude portant sur 129 étudiants a révélé que chez ceux qui avaient fumé cette drogue pendant une période d’au moins vingt-sept jours sur les trente précédant l’enquête, les capacités d’attention, de mémoire et d’apprentissage avaient été sérieusement amoindries. Une étude menée sur des employés des services postaux a révélé que ceux qui avaient été testés positifs au cannabis avaient 55 % d’accidents en plus, 85 % de blessures en plus et un taux d’absentéisme supérieur de 75 % à la moyenne.

En Australie, une étude a prouvé que la prise de cannabis était responsable de 4,3 % des accidents de voiture mortels.

Il est presque impossible de grandir en Amérique ou dans tout autre pays sans être exposé à la drogue. La pression des copains pour inciter à prendre de la drogue est importante et il est difficile de trouver des informations honnétes sur le risques liés a la drogue.

Beaucoup de gens vous diront que le cannabis n’est pas dangereux. Regardez bien qui vous dit cela. Est-ce que ce sont justement les mêmes personnes qui essaient de vous en vendre ?

Le cannabis peut endommager la mémoire de quelqu’un, et cet impact peut durer des jours ou des semaines après que les effets immédiats se sont estompés. Dans une étude, on a demandé à un groupe de gros consommateurs de cannabis de mémoriser les mots d’une liste. Leur capacité à se rappeler correctement les mots n’était pas encore revenue à la normale, 4 semaines après avoir arrêté de fumer.

Les étudiants qui prennent du cannabis ont de mauvaises notes et ont moins de chances d’entrer à l’université que ceux qui n’en consomment pas. Ils n’ont simplement pas les mêmes aptitudes à se rappeler et à organiser les informations que ceux qui ne consomment pas ces stupéfiants.

« Le prof de mon école fumait trois à quatre joints par jour. Il a incité beaucoup d’étudiants à fumer des joints, y compris moi. Après, son dealer m’a poussée à consommer de l’héroïne, et je n’ai pas résisté. À ce moment-là, c’était comme si ma conscience était déjà morte. » Véronique

Ce que les dealers vous diront

Lorsque des adolescents ont été interrogés pour savoir pourquoi ils avaient commencé à se droguer, 55 % ont répondu qu’ils l’avaient fait suite à des pressions de leurs amis. Ils voulaient être cool et populaires. Les dealers le savent.

Ils vont vous approcher comme un ami et vous proposer de vous « aider » avec quelque chose qui « va vous remonter ». La drogue vous « aidera à entrer dans le moule » ou « à avoir l’air cool ».

Les dealers, motivés par le profit, diront n’importe quoi pour que vous achetiez leurs drogues. Ils vous diront qu’en prenant de l’herbe, vous n’aurez pas besoin de prendre des drogues plus fortes.

Ils se fichent pas mal de savoir si les drogues détruisent votre vie du moment qu’ils sont payés. Ils ne se soucient que de l’argent. D’anciens dealers ont admis qu’ils considéraient leurs acheteurs comme des « pions sur un échiquier ».

Informez-vous sur la drogue. Prenez vos propres décisions.