CANNABIS : SON HISTOIRE

Le chanvre indien (dont le cannabis et le haschich sont extraits) est cultivé pour ses propriétés hallucinogènes depuis plus de 2000 ans.

Le cannabis contient plus de 400 agents chimiques, mais l’ingrédient principal qui affecte le mental est le THC. La quantité de THC contenue dans le chanvre détermine la puissance de la drogue et dépend entre autres du climat, du sol et d’autres facteurs. Mais grâce aux techniques de culture modernes, les pousses de chanvre ont développé des souches à plus haute teneur en THC. Le taux de THC est passé de 1 % en 1974 à 4 % en 1994. En 2008, le niveau a atteint 9,6 %, soit le plus haut niveau jamais atteint depuis le début de l’analyse de la drogue dans les années 1970.

Une forme de cannabis nommée « sinsemilla » (sans pépins en espagnol) peut avoir des taux de THC compris entre 7,5 % et 24 %.

ALCOOL ET CANNABIS

La déclaration « fumer un joint n’est pas plus dangereux que de boire un verre d’alcool » est-elle vraie ?

À vous de décider. Voici les faits :

L’alcool ne contient qu’une seule substance : l’éthanol. Le cannabis contient 400 agents chimiques différents, reconnus comme toxiques et cancérigènes. Contrairement aux fumeurs de cigarettes, les fumeurs de cannabis ont tendance à inhaler profondément et à retenir la fumée aussi longtemps que possible pour accroître les effets de la drogue, ce qui aggrave les dommages causés aux poumons.

L’alcool est éliminé en quelques heures. Le THC reste dans les graisses du corps pendant des mois, voire plus longtemps. Donc, une personne qui fume 2 à 3 joints par semaine est constamment sous l’influence de la drogue.

Le THC endommage le système immunitaire, mais pas l’alcool.

Nous n’avons pas l’intention de minimiser ici les risques liés à l’abus d’alcool qui peut être aussi dangereux. Cependant, les consommateurs doivent être conscients du fait que les produits chimiques composant le cannabis, dont certains sont cancérigènes, restent dans le corps bien longtemps après que la drogue a été consommée.