LES EFFETS NOCIFS DU LSD

Le LSD, que l’on prend souvent sur un buvard, procure des sensations intenses, des distorsions des perceptions et entraîne le désespoir. Il est généralement impossible de mettre fin à des « mauvais trips », qui peuvent durer jusqu’à douze heures.

« J’ai commencé à boire à l’âge de 15 ans. Ensuite, je me suis mis à l’ecstasy, au speed, à la cocaïne et au LSD.

« J’avais du mal à garder un boulot, je me sentais déprimé et je pensais que je ne me sortirais jamais de mon obsession pour les drogues. J’ai essayé deux fois de me suicider par overdose. On m’a envoyé voir des psychiatres qui m’ont donné davantage de drogues, d’antidépresseurs et de tranquillisants, ce qui n’a fait qu’empirer les choses.

« Puis, pour libérer les sensations que je ressentais, j’ai commencé à me mutiler en me coupant et en me brûlant. » Justin

Effets physiques

  • Pupilles dilatées
  • Température du corps plus élevée ou plus basse
  • Transpiration ou frissons (chair de poule)
  • Perte d’appétit
  • Insomnie
  • Bouche sèche
  • Tremblements

Effets mentaux

  • Illusions
  • Hallucinations
  • Une sensation d’euphorie ou de certitude illusoire
  • Déformation du sens du temps et de l’identité
  • Perception des distances déformée
  • Modification de la notion du temps, perceptions déformées de la taille et de la forme des objets, des mouvements, des couleurs, des sons, du toucher et de son propre corps
  • Idées et impressions pénibles et terrifiantes
  • Peur de perdre la maîtrise de soi
  • Crises de panique
  • Flash-back ou rechute d’un trip au LSD, souvent sans s’y attendre, et longtemps après avoir pris du LSD
  • Dépression ou psychose grave

« Après avoir pris de l’acide, je me suis imaginée que nous étions rentrés dans une semi-remorque et que nous avions été tués. Je pouvais entendre le bruit de tôle métallique, puis un long silence inquiétant. J’étais terrifiée, car je pensais réellement que nous étions morts... Pendant un an, je n’ai pas voulu entrer dans un cimetière, car j’étais terrifiée à l’idée d’y trouver ma propre tombe. » Jenny