LES ÉTAPES DE « L’EXPÉRIENCE » DE LA METH

1) Le rush — Un rush est la réaction initiale que les consommateurs ressentent quand ils fument ou s’injectent de la meth. Pendant le rush, le rythme cardiaque s’accélère et le métabolisme,1 la tension artérielle et le rythme cardiaque s’élèvent. À l’inverse du rush qui se produit avec le crack ou la cocaïne, qui dure approximativement de 2 à 5 minutes, le rush de la méthamphétamine peut durer jusqu’à 30 minutes.

2) La défonce — Le rush est suivi par la défonce, quelquefois appelé « the shoulder ». Durant la défonce, le consommateur semble souvent avoir plus de dynamisme, être plus brillant et peut chercher l’embrouille, interrompant souvent les autres personnes et finissant les phrases à leur place. Les effets délirants peuvent pousser un consommateur à se concentrer intensément sur un élément banal et illogique, comme de nettoyer toujours la même fenêtre pendant plusieurs heures. La défonce peut durer de 4 à 16 heures.

3) Le binge — Un binge est une consommation incontrôlée de drogue ou d’alcool. Il incite le toxicomane à prolonger la défonce en fumant ou en s’injectant plus de méthamphétamine. Le binge peut durer de 3 à 15 jours. Durant le binge, le consommateur devient hyperactif à la fois mentalement et physiquement. Chaque fois que le consommateur fume ou s’injecte plus de drogue, il a un autre rush plus petit jusqu’à ce que finalement il n’y ait plus de rush et plus de défonce du tout.

4) Tweaking — Un consommateur de méthamphétamine est plus dangereux lorsqu’il traverse une phase d’accoutumance, appelée tweaking, un état qui est atteint à la fin d’un binge de drogue, quand la méthamphétamine ne procure plus de rush ou de défonce. Incapable de soulager les horribles sentiments de vide et ressentant un besoin terrible de drogue, un toxicomane perd son sens de l’identité. Il peut ressentir d’intenses démangeaisons et être convaincu que des insectes courent sous sa peau. Incapable de dormir pendant des jours, il est souvent dans un état de psychose totale et vit dans son monde, il voit et il entend des choses que personne d’autre ne peut percevoir. Ses hallucinations sont tellement vivantes qu’elles semblent réelles ; comme il a perdu le sens des réalités, il peut devenir hostile et dangereux pour lui-même et les autres. Les risques de mutilation sont élevés.

5) La descente — Pour le consommateur binge, la descente se produit au moment où le corps s’arrête, incapable de supporter les effets de la drogue qui l’envahit, avec pour résultat une longue période de sommeil. Même le plus mauvais, le plus violent des consommateurs devient presque sans vie durant la descente et ne représente plus la moindre menace pour qui que ce soit. La descente peut durer de 1 à 3 jours.

6)  Gueule de bois à la meth — Après la descente, le consommateur retombe dans un état dégradé, affamé, déshydraté et complètement épuisé physiquement, mentalement et émotionnellement. Cette étape dure généralement entre 2 et 14 jours. Cela conduit à encore plus de dépendance, car la « solution » à ces sensations est de consommer toujours plus de meth.

7) État de manque — Souvent, de 30 à 90 jours peuvent s’écouler avant que le consommateur se rende compte qu’il est en état de manque. Tout d’abord il devient déprimé, perd son énergie et sa capacité à éprouver du plaisir. Puis vient le besoin de plus de méthamphétamine et le toxicomane a souvent des idées de suicide. Comme l’état de manque de meth est extrêmement douloureux et pénible, la plupart des consommateurs se remettent souvent à en prendre. Ainsi, 93 % des gens qui suivent un traitement traditionnel recommencent à consommer de la méthamphétamine.

  1. 1. métabolisme : processus corporels qui transforment la nourriture en énergie.