STATISTIQUES INTERNATIONALES

En 2007, les tribunaux fédéraux américains ont prononcé 5477 condamnations pour des délits liés au crack. Plus de 95 % de ces délinquants étaient impliqués dans le trafic de crack.

La situation est différente en Europe. Selon l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT), la consommation de crack est en général limitée à certaines communautés des grandes villes qui connaissent un taux élevé de chômage et de mauvaises conditions de vie. En 2006, 20 pays européens ont déclaré que les consommateurs de crack ne représentaient que 2 % des toxicomanes admis en centres de désintoxication, et la plupart d’entre eux se trouvaient en Grande-Bretagne.

Le crack et la criminalité

11,6 % des personnes arrêtées avaient pris du crack la semaine précédente.
Honolulu, Hawaii
49,8 % des personnes arrêtées avaient pris du crack dans le passé.
Atlanta, Géorgie

Aux États-Unis, l’enquête nationale de 2007 sur la consommation de drogue et la santé indique que 8,6 millions d’Américains âgés de 12 ans et plus ont déclaré avoir consommé de la cocaïne. Parmi les 18 à 25 ans, 6,9 % des personnes interrogées ont déclaré avoir consommé du crack au cours de l’année écoulée. Selon la revue du gouvernement américain, Monitoring the Future (Observatoire du Futur), une enquête menée en 2007 a révélé que parmi les élèves du secondaire, 3,2 % des élèves de terminale avaient consommé du crack à un certain moment de leur vie.

 

Aux États-Unis, le crack était la drogue la plus consommée par les 178 475 personnes admises en centres de traitement en 2006. Cela représentait 71 % des cas entrant en traitement pour la première fois pour consommation de cocaïne cette année-là.

 

« Le crack est une drogue complètement égoïste, elle te vole ta vie, très vite elle prend le dessus. Le besoin créé par cette drogue est énorme. Et tu finis par en prendre de plus en plus souvent pour tenter de prolonger cette euphorie de si courte durée. » Peter